Nishat 279

Loin des aléas de la vie empirique

s’érige une statue de sel et d’ambre

faite de nos douleurs de nos rêves

incommensurables ( szlon tangage et roulis )

Quant à l’âme ou esprit on ne sait

ni le début ni la fin Comme la cueillette

des myrtilles sauvages

AP

(14 janvier 2021)

Nishat 277

Que faire de notre passage mais

ce n’est pas à nous de le dire

et moins encore à d’autres puissances

Alors je vais siéger sous mon manguier

( celui de l’ouest ) et contempler

sous le soleil déclinant en urgence

le vol de deux ou trois cyclomoteurs

pas davantage et puis la nuit

AP

( 6 janvier 2021 )

Nishat 272

Nuées flottant dans l’infini

Tendres vallons du désirable

Notre temps compté à un point

inimaginable ( comme le vent varie

chaînes bruyantes des marées )

Quand pour nous le silence se fera

qu’aurons-nous transmis d’efficace

et un peu coloré

Alain Praud

(1er décembre 2020)

Nishat 271

Notre statut comme espèce parmi

le billard des planètes

( on examine de quoi se chausser )

qu’on le remette à demain

et que demain se perpétue car déjà

le caractère décisif de la station debout

conquise de haute lutte et de peu

est presque humiliant

Alain Praud

(23 novembre)