Nishat 305

Sur la grande prairie l’éternelle parsemée

de bétail calleux planent nos mères

portant nos rêves de westerns de marilyns

de bandes dessinées en noir et blanc

Nos mères préfèrent les éclairs au café

et les cigarettes mentholées une fois l’an

Toutes les mères qu’on a aimées

sont des paysages de Rachmaninov

AP

( 31 mai 2021 )

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s