Nishat 304

Jeunesse est la douceur l’excès

jusqu’à son bord coupant

Chevaux dromadaires nous emportent

à ce qu’on bouscule du coude du poing

caressant les joncs des obstacles d’eau

et le nez levé à une hirondelle

Tout le corps est enveloppe

L’air des cimes a goût de schiste

AP

( 21 mai 2021 )

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s