Nishat 291

Et parfois la nue s’écarte on voit le ciel

ouvert rose-thé magenta orangé parme

Merveille de l’oeil humain du cerveau qui lit

ce qui n’est écrit nulle part en vérité

On ne devrait regarder que les yeux baissés

certains ciels certaines femmes

AP

( 18 mars 2021 )

Nishat 290

Quand c’est passionnel parfois on demeure

à la lisière des mots là où ils vont briller

comme l’aluminium de Frank Gehry

ruisselant des nuages qui passent

Il n’y a pas de solution à ma biographie

éparpillée dans des agrès des copeaux

Savez-vous que moi-même je m’y perds

comme un écurieux ordinaire

AP

( 16 mars 2021 )

Nishat 289

Bontés qui êtes en nous ne nous laissez pas

au bord de ces chemins pierreux mal émondés

qui sont l’ordinaire numérique de nos vies –

Menez-nous aux asphodèles aux essaims

d’abeilles sauvages aux précurseurs

de la vanille qu’il faut féconder à la main

C’est un envol de colombes ce monde après tout

AP

( 15 mars 2021 )

Nishat 288

J’ai plus de souvenirs que si j’avais Milan

où je ne suis jamais allé ni à Venise

en ces lieux étranges de soi encombré

( et jamais en Bavière où la bouche de Romy

est partout )

Le moment vient où notre tour du monde

est accompli, qu’importe mal ou bien

Les océans coulent de nos mains ouvertes

et d’immenses cieux tombent sur nos paupières

AP

( 7 mars 2021 )

Nishat 287

Propos féminins dans la brise d’été

( fraîcheur ailée toujours un peu grave )

autour de mets et de vins raffinés

qui font aimer ce séjour de ténèbre

Propos de joncs de lotus de mangrove

Soleil s’il te plaît disparais lentement

Qu’on oublie un peu ta prééminence

AP

( 28 février 2021 )

Nishat 286

Plus vite que moi tant de choses passent

sans retour Rivages tièdes de jadis

lentement disparaissent avec

leurs invertébrés imperceptibles

et le mystère plus profond du vivant

Lisons-nous donc moins vite

que ce qui s’écrit sans nous

( L’avenir a souvent d’autres couleurs )

AP

( 27 février 2021 )

Nishat 285

Clématite fougère-aigle araucaria

grande rémige et duvet d’oison

carmins gourmands créolités subtiles

voies de couleurs immenses tombant

de ciels incroyables – Dieu ou non

Qui le saura dans cette éternité

( Toutes les choses ont un nom et pourquoi )

AP

( 25 février 2021 )

Nishat 284

Nef arrondie qui nous emportes

vers quel orient mystérieux hors de portée

de nos sens même augmentés

Tu as vu les deux nuages de Magellan

la Croix du sud et Orion à l’envers

Solitude sous le ciel noir

dans la nuit maternelle close

et sans limites

AP

(20 février 2021)

Nishat 283

J’ai suivi en rêve un lièvre variable

( rêve et roche, guerre et paix )

et crinché de mes guêtres des neiges

immaculées sauf de très petits emblèmes

politiques, traces de tant de gens :

S’il vous plaît laissez-nous

Jeunes bien fourrés sur des chevaux fougueux

AP

(4 février 2021)