Nishat 268

L’arbre ne parle pas à notre entendement

mais à notre misère Lui dans l’axe du monde

nous quelque part dans les périphéries

Il est d’un lieu et de nul autre

Le bien le mal lui sont lettre morte

comme ses feuilles laissées au bien public

souverainement

Alain PRAUD

(17 novembre)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s