Nishat 269

Déjà du bleu à ma fenêtre comme

une intrusion Vite consigner la nuit féconde

et s’abandonner puisqu’il le faut

à tant de songes médiocres d’où

sourd parfois une améthyste

à peine vêtue

Alain PRAUD

(17 novembre)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s