Nishat 162

Ce que nous nommons animal se penche

en ce moment sur nous en alarme et pourtant

secourable

(il avait perçu crié en vain)

Une arche de Noé pour de vrai

menace de nous venir en aide

Ou nous cessons de fredonner sur un abîme

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s