Nishat 161

Les cailloux couraient à droite et à gauche

Je me suis arrêté pour saluer un pin à crochets

fort ancien sans doute mais sans mémoire

noueux et sec comme les vieux de mon enfance

Un freux a crié j’ai omis de lui répondre

Tout le paysage me l’a fait payer

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s