Nishat 257

Et comme on balance entre fièvre et fraîcheur

( ce sont peut-être les mêmes anges )

On voudrait dire ignorez-moi mais trop tard

Au terme du somme une pente d’herbe

sources ruisseaux partout presque rien

( tout alentour des visages sourient )

Sans autre préavis ce monde s’éteint

Alain PRAUD

(20 septembre 2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s