Nishat 272

Nuées flottant dans l’infini

Tendres vallons du désirable

Notre temps compté à un point

inimaginable ( comme le vent varie

chaînes bruyantes des marées )

Quand pour nous le silence se fera

qu’aurons-nous transmis d’efficace

et un peu coloré

Alain Praud

(1er décembre 2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s