Justine Neubach : Au Vent

Les cloches ont pleuré à quinze heures
Dans vos mains leur peine de bronze

Vous me donniez si froid
Quinze heures !
Vous portiez la froideur d’un regard verrouillé

C’était l’automne
On se penchait
Sur un soleil en miettes et de papier

Le Père Automne, comme il va gris pourtant, comme il ressemble à la mémoire

(Justine Neubach est un de ces très jeunes talents qui éclairent le chemin à venir. Je n’en dis pas plus, jugez vous mêmes.Il y en aura d’autres, la poésie est un chemin infini qui ne mène nulle part. Alain PRAUD )

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s