Nishat 299

Une nuit je le sais tu viendras me parler

non de ta voix vieille écaillée par les ans

mais de celle encore adolescente que j’entendais

en nous ( jolie comme la jeune reine )

Couché sous les lilas de la voisine entre les roses

trémières du petit jardin quelqu’un attend

d’un blues infini l’accord suspendu

AP

(25 avril 2021)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s