Nishat 295

Jour de Vénus et de tristesse

mort et vie sont une tresse

indénouable On se souvient de toutes

comme des couleurs de grands vitraux

Pouvait-on vivre davantage sans doute

Derrière l’horizon on s’y efforcera

AP

(3 avril 2021)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s