Nishat 264

Nous nous mettrons du côté de l’être

et des feuillages ajourés qui se jouent

des vents, et des poissons bariolés

peuplant le corail innombrable

L’avons-nous choisi pas vraiment

C’est notre côté voilà

Alain PRAUD

(30 octobre)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s