Tombeau de monsieur Samuel Paty

Anémones au miroir noir

Le col des fleurs s’incline et sombre

entre sens et absence ( le noir

dense sans épaisseur ni ombre )

Et la vertu noyée de nuit

interroge Frère que dis-tu là

Le devoir est comme rubis dans l’ombre

sa beauté ne dit rien d’elle-même

quelque chose du destin du monde

Le devoir s’est incorporé les mains ouvertes

comme pour prier mais personne

et pourquoi faut-il que rayonne

sur le miroir des anémones

un geste aussi universel

Le jour prolonge la nuit

sans jamais lui faire injure

Alain PRAUD

(25 octobre 2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s