On se souvient de ces automnes

Le sous-bois odorant bruissant sous le pas

Telle douceur que tout lâche prise

et que les arbres semblent discourir

( notre bien-être venu de l’entretien infini

de ces autres êtres si fraternels )

Très haut le ciel, déclin et envol du temps

Alain PRAUD

(4 octobre 2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s