Nishat 259

Le bleu plissé remuant de l’océan

incite à la pensée mais sans la permettre

La tendresse parfois électrique des greens

commente plus âprement ce ciel traversé

d’oiseaux moqueurs vrais philosophes

et peintres accomplis par surcroît

Alain PRAUD

(25 septembre 2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s