Nishat 255

Je glisse gris dans les eaux noires

lisse silencieux prodige de l’évolution

je croise des espèces dorées que m’importe

je m’applique à ne pas scintiller

L’absolue solitude est mon lot

J’ai seize opercules bien clos

d’où s’élancer la disparition

pour jamais de l’intelligence

Alain PRAUD

(13 septembre 2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s