Nishat 251

Ce peu de loups qui hurlent à la lune

et d’ours qui font la capulette pour fuir

les chasseurs nous le sommes depuis toujours

ou ce que nous en disons depuis que la fétuque

est mortelle sous le pas et l’isard le sait

Si la pierre tombait juste où nous voulons

comme nos vies seraient limpides

Alain PRAUD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s