Nishat 249

Nous sommes tous un palais de Venise

bleu et tremblant dans une toile de Monet

Et combien de masques combien de maîtresses

( Fut un temps où chaque jour était Venise

et le lendemain un royaume à peine inférieur )

Maintenant que nous voyons Venise mortelle

chacun secrètement espère ne plus l’être

Alain Praud

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s