Nishat 244

Il faut vivre avec le sens de la perte

et du vide relatif sans doute mais

impérieux qui fait sa niche dans le foie

les poumons les choses intestines

( le cerveau a bien d’autres priorités )

– le vide matériel de la perte des gens

et parfois des choses (la moindre étoffe) –

dans des maisons devenues sonores

comme des manoirs sans âge

ou des tombeaux trop grands

Alain PRAUD

(19 août 2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s