Nishat 243

Et pourquoi nourrir des regrets

La brume monte du lac profond

jusqu’aux derniers pins à crochets

Dans l’aube acide un corbeau freux croasse

On le salue comme un encouragement

Toujours plus haut dans la fraîcheur de vivre

Bientôt tout sera minéral

et cependant fourmillement

Alain PRAUD

(16 août 2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s