Nishat 242

Notre vie sur les genoux des dieux

La captive aux yeux bleus la cigarière

La danseuse de Delphes ( une fois on a rêvé

dans une langue évanouie ) Ruissellement d’arpèges

entre les coussinets de fleurs d’altitude

Cette vie infiniment recomposée qui par éclats

nous laisse sur un champ d’occis et de navrés

piétant aussi haute que nous la fougère-aigle

Alain PRAUD

(14 août 2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s