Nishat 235

Et perché sur ce socle friable

brandissant l’étendard effrangé

( cela de couleur violente quasi défunt )

on se tient sec et droit dans la verdure

générale et les nuances qui s’en vont

Trace légère dans la poudre

de temps qui s’effacent

Alain PRAUD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s