Nishat 234

Un qui s’est perdu dans la forêt profonde

pas une fois mais souvent plein d’affects

répandus partout Que savait-il

Perdu dans sa mémoire et des images

d’infimes choses de quarante et cinquante ans

ou davantage ces chiffons doux qu’on a laissés

sous des feuilles

Alain PRAUD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s