Nishat 233

Chemins de forêt qu’on fait en se parlant

amassant autour de soi tout l’être

disponible ( épaisseur des mousses comme de l’air )

Ombre partout bêtes furtives tout l’invisible

présent agissant On finirait par oublier

à quel arbre on a confié son cheval

Alain PRAUD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s