Nishat 225

Semble que tout se remet en place

comme cet immense concerto de Brahms

sous les mains de Yuja Wang et Gergiev

l’affirmation l’inquiétude réversibles

Enfin ce monde redevient tragique

et son âme transpire jusqu’à nous

Alain PRAUD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s