Nishat 223

Ce monde est bien resté le même

Les oiseaux n’ont pas pris le pouvoir

et moins encore ici où ils règnent

toute l’année crieurs volubiles nicheurs

perpétuels qui nous ignorent

Quand chacun pensait mourir les tourterelles

à ma fenêtre roucoulaient dès l’aurore

dans la splendeur inhumaine de tout

Alain PRAUD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s