Nishat 215

Devions-nous tellement nous prolonger

comme une batteuse du vivant ( capri

cieusement ) quand un poing s’est abattu

sur la batterie et les accessoires

de l’immense qui sous nous se dérobe

N’importe comme les petits les lucides

nous voici à la marelle dessinée

de frais juste avant nos frayeurs

Alain PRAUD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s