Nishat 214

Nos grands-pères allaient à l’école pieds nus

les souliers sur l’épaule pour ne pas les user

ou en sabots sur des verstes des li des lieues

par tous les temps concevables

Dans l’aube où les coqs s’interpellent

avec le sommeil leur mémoire m’étreint

Ame en toi je ne crois guère nous sommes

las ou ardents sur un coteau de tessons

Alain PRAUD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s