Nishat 210

Chaque jour qui se fait on peut craindre

quelque part dans le jour le vide

de son coeur le deuil définitif

d’une mémoire jusque là chérie

un coup de froid fatal à la mousse

qui nous revêt encore et sur laquelle

nous dormons comme avant sur le Sein

Alain PRAUD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s