Nishat 202

Tu l’as dit mon vieux Du Fu

Guo Po Shan-He Zai

Pays brisé la nature demeure

Elle fait bien plus que demeurer

Elle se rappelle à nous en nous enfermant

dans nos boxes d’étalons sans pedigree

rongeant leur frein sous un concert d’oiseaux

Une femme aux belles épaules

a pris la mesure du ciel

Des trains de nuages passent indifférents

Une éternité doucement s’éteint

Alain PRAUD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s