Nishat 200

Palpite en nous une mer lumineuse,

scintille en nous un désert martien ;

jaillit en nous un monde hydrothermal

et ses vers invraisemblables – ainsi les miens.

Ce monde est le rêve d’un poète devenu

fou, trop tard pour se réveiller alors va

Alain PRAUD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s