Nishat 188

Ce jour je reçois une lettre de Chine

portée par un vol d’oies sauvages

avec quelques feuilles de plaqueminier

Sur ce monde la musique pose un peu d’aménité

De si loin est revenu le parfum d’un nom

qui s’écrit comme mon cannelier

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s