Nishat 186

Le noir de l’aile plus sensible

que le blanc du lagon.

Peut-être qu’on est ici pour l’ombre

non la lumière,

et pour que l’espèce porte.

Un effrangé déciderait

un instant de nos vies et pourquoi

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s