Nishat 184

Qui marchera sur mes brisées

tant elles sont inconfortables – la bête

a fui et donné le change au point

qu’elle-même s’est perdue

dans le désordre d’un ruisseau

où miroite une langue confuse

Quand l’arbalète est là, déjà

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s