Nishat 159

Il y eut un temps long sans alarmes

ni coupables sous le ciel

Un temps à l’ombre des arbres

sous des étoiles propices même

d’heureuses galaxies plus lactées

que la nôtre Tout était à volonté

comme la vie qui court

entre nos doigts ouverts

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s