Nishat 155

Que sommes-nous qu’une trace de couleur
sur une paroi ocre ou cinabre on a soufflé
sur sa main ouverte comme notre main ou
à peine plus petite on ne sait pourquoi

Aïeux pardonnez à notre ignorance
mains de suie torches éteintes et cependant
enthousiastes montés sur les épaules
de solides pairs mâcheurs d’herbes

tous après cette étoile mouvante
qui pourrait bien éteindre les animaux

Alain PRAUD

Nishat 155

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s