Nishat 151

J’ai caressé ce souvenir en pure perte
et cependant sa douceur m’a souri
Viens le partager toi qui n’y entends
rien qu’une venelle d’enfance
le mur sud érigé à la hâte

Alain PRAUD
Nishat 151

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s