Nishat 148

Arbre des morts le frangipanier sa fleur
en hélice sent la crêpe à la cannelle
Je ne m’inquiète pas pour lui mais
pour le palétuvier Que devient-il sous le feu
de tant de maux conjugués lui qui
héberge tant de vie ( où la nôtre
est simplement suspendue )

Alain PRAUD

17 / 02

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s