Nishat 146

Posant ma joue sur la beauté du monde
comme sur un mol oreiller (cette affaire
est si brève et hasardeuse)

Enfant j’aimais les coquelicots leur parfum
qui n’est que souvenir de parfum
et leurs pétales qu’on dirait
froissés par un parfumeur pressé

Surtout coquelicots j’aimais leur nom

Je ne sais si j’aimais les noms avant les choses

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s