Nishat 145

Dis-nous vieil alizé dis-nous
Tu as si longtemps distribué
fleurs et forêts sans personne
pour les voir Comment tu dissuadais
les felouques de Zanzibar dis-nous
au moins un mot de légitimité

Je n’ai laissé sur ce rivage
que l’empreinte d’un pied incertain
qu’une tortue efface

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s