Nishat 142

Je suis descendue vers toi du sarrat
et tu ne m’as ni vue ni sentie
tandis que tu marquais un jeune bouleau
La montagne rosissait je n’avais plus faim
Sur l’adret que nous voyons tous les deux
elles paissent comme au temps des Bucoliques

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s