Nishat 141

Longtemps enfant j’ai contemplé le vide
de ce monde, et vécu dans une friche
luxuriante de fruits de parfums impossibles

Et une ourse chemine dans cette friche
narines ouvertes jusqu’au prodige
Elle hume l’an neuf le miel sauvage
ses petits attardés se poursuivent
et boulent dans les pentes
comme si c’était sans fin

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s