Nishat 20

Douceur en nous d’un crétacé de ces pays
de ponce d’algue verte d’êtres palmés sous une
Lune énorme (ma tua vita era allor con gli
Astri e il mare
)

Douceur de ce que nous ne comprenons
pas plus ce jour qu’hier quand étendant les mains
sur la fonte rougie de la cuisinière à charbon
avant de partir on se roulait en boule coeur, viscères

Et dans la lune proprement notre vie toute de
doigts maculés d’encre l’animal qu’en prison nous
ne saurons nommer davantage qu’alors

AP / Leopardi
avril 2006

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s