Nishat 18

Drapés dans notre vie comme dans un vêtement
Trop ample mais sur des fleurs qu’on écrase et d’un
Même mouvement les sucs traversés, toute l’eau
qui fait défaut
La présence à soi qu’on n’avait pas voulue
ni ce dehors indicible
ou trop ouvert ou trop bleu qui s’efface
avec le regard qui le conçoit :

Ecrivant dans un bassin comme au pied de
la cataracte des choses, qui emporte

Ou debout à l’extérieur dans le jardin
Tournant le dos à la maison : celle de toujours,

AP
février 2006

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s