Nishat 124

Tissés des rêves de nos morts
nous sommes de leur printemps

Pluie d’oiseaux dans le couchant
Vacarme de tisserins cris de terreur
du vaste peuple des aras

Chaque jour ce monde meurt
et renaît au matin Comme
c’est étrange

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s