Nishat 123

Et comme s’éteint la nature
en nous – au bord de clignoter – comme
la toute fin d’une vieille fête
(l’odeur encor du toro de fuego)
Les mêmes ampoules vacillent sous
le même émail qu’à Oradour

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s