Nishat 121

Sur un bord dont on ne sait
ce qu’on est fait pour cela (les cimes
balancent leurs oiseaux) une lame
étincelante nous attend

jamais idée d’un fracas
que nul n’a entendu

jamais
idée (le non monde est impérissable)

Alain PRAUD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s