Nishat 117

Chaque seconde d’un torrent nous
abolit douceur et flux peu d’oxygène
enfin quoi qu’on dise et beaucoup de poussière

Je me souviens du mur aveugle de la Maison
des fous, de la haute percée de lumière
rassurante, ces parents

Il faut rentrer dans le soir rouge
par des ruelles de roses
trémières,

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s